L'astronautique et les livres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'astronautique et les livres

Message  lunarjojo le Ven 7 Aoû - 21:19

J’ai relu cette semaine un hors-série "Science et Vie" consacré à l'astronautique, paru en 1952. Si des livres commençaient à être publiés sur cette science méconnue, c’est à ma connaissance la première fois qu’une revue de vulgarisation traitait ce sujet dans un hors-série, tellement cette science était encore l'objet de sarcasmes. Des lecteurs de cette époque, dont la plupart  ignoraient même le mot d'astronautique, dans le contexte de réussite technique triomphante des années 1950, pensaient certainement que la Lune et les planètes n'allaient pas tarder à nous voir arriver. Ce retour en arrière montre au moins une chose: c'est qu'il a été toujours difficile en astronautique de prévoir l'avenir, que ce soit hier, aujourd'hui et certainement demain.

De grands noms ont participé à la rédaction de cette revue. En particulier Ernest Escanglon, directeur de l'observatoire de Paris et auteur de livres d'astronomie, Alexandre Ananoff, qui s'est battu pour que la France s'engage dans la course astronautique et inspirateur du premier congrès mondial d'astronautique. Notons en particulier une partie historique très instructive.

Les relations internationales étant ce qu'elles étaient à l'époque, la revue traite essentiellement de travaux anglais, américains et allemands. Les Russes sont absents, et on peut imaginer la surprise des lecteurs lorsque, 5 années plus tard, retentit le Bip-Bip de Spoutnik. Une place particulière est donnée aux travaux de Von Braun, que ce soit sa fusée (7000 tonnes, excusez du peu), sa célèbre station spatiale en forme de roue ou ses vaisseaux à la conquête de la Lune.

Évidement, le chemin pris par la véritable astronautique diffère quelque peu des écrits de la revue. Nous étions alors aux balbutiements, et le mérite de ce hors-série réside surtout dans le fait qu'il essaie de rendre compréhensible à des lecteurs non spécialistes une matière d'un abord compliqué. Vous me direz que c’est le but d’une revue de vulgarisation, mais la réussite n’est pas toujours au rendez-vous. En particulier, la revue n'hésite pas à mettre en encadré les formules mathématiques d'une vitesse orbitale, du rapport de masse et d'autres encore, chose incongrue aujourd'hui dans des articles de vulgarisation.  Les lecteurs de ces années-là étaient-ils plus intelligents?

" />
avatar
lunarjojo

Messages : 60
Date d'inscription : 28/12/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum